Certains appellent ça le grading, l’étalonnage, la correction chromatique ou la colorimétrie… Bref je vais vous parler de balance des blancs et d’atmosphère de vos vidéos ! Car oui, vous rentrez de vos vacances avec un tas de rushs, vous les montez sur une jolie p’tite musique, mais avant de les exporter… Vous allez laisser les couleurs telle quelle ? Allez, un petit tour d’horizon des outils colorimétriques de votre logiciel de montage…

Pour commencer, soyez à l’aise dans votre espace de travail. Sur Final Cut Pro 7, vous aurez la possibilité de vous mettre en mode « Etalonnage » (fenêtre > trier > étalonnage). Tandis que sur Première Pro CS6, vous pourrez vous mettre en espace de travail « correction colorimétrique ». Personnellement, ayant peu de temps pour étalonner mes vidéos, je fais au feeling, et parfois j’ouvre une nouvelle fenêtre : Outils, instruments vidéos pour FCP, en ne gardant que l’histogramme ; ou j’ouvre un moniteur de référence que je passe en Forme d’onde YC sur Première Pro.

parades et histogramme montage

Mais.pour.quoi.faire    me direz-vous ! Et bien parce que ça vous donne une idée des carences de votre images. (je ne tiens pas un blog santé, et j’arrive à placer le mot carence. Petit moment de fierté). A gauche vous avez donc la forme d’onde YC de Adobe Première, à droite l’histogramme de Final Cut. Et ci-dessous, l’image de référence qui provoque donc ces ondes fabuleuses, telles des aurores boréales, mais binaire quoi. Vous m’suivez ?

image de référence

Alors voilà : mon image est fade, avouons-le. Peu de tons foncés, beaucoup de ton clairs, pas de contraste. La forme de gauche traduit ça ainsi : les tons foncés sont en bas, donc l’onde ne s’y est forcément pas propagée. Les tons clairs sont en haut, on voit bien que toute la luminosité de mon image s’est concentrée sur les tons moyens voire clairs. L’histogramme de Final Cut traduit ça verticalement : les tons foncés à gauche, les tons clairs à droite, même principe !

Ça c’est pour la luminosité, et pour la balance des blancs ? Côté FCP, on pourra utiliser l’outil Parade, côté Première : parade RVB !

parade rvbBen oui, oui c’est le même outil avec des couleurs, en effet ! Même image de référence, notre célèbre voiture blanche traverse le désert du Néguev en direction d’Eilat, Israël. Il y a donc un petit peu plus de bleu dans les tons clairs que de rouge ou de vert, mais globalement l’image est équilibrée.

Première étapevous avez du temps, vous voulez faire ça proprement et comme un pro : alors vous ferez en sorte que tous vos plans contenus dans le montage soient équilibrés au niveau balance des blancs & luminosité. Et oui. Bon courage, bisou.

Pour ce faire ! L’effet « correcteur chromatique tridimentionnel » sous Première fera l’affaire. On prendra « l’étalonnage à 3 voies » pour Final Cut. Même principe pour les 2, donc je passe sous Première Pro pour le petit tuto…

étalo phase 1

 Vous avez donc 3 roues, et en dessous 2 barres qui nous seront très utiles. Les 3 roues sont pour la couleurs : roue de gauche pour les tons foncés, du milieu pour les tons moyens, de droite pour les tons clairs. Justement, j’ai trop de bleu dans les tons clairs, je tire donc le curseur vers les tons chauds pour rétablir l’équilibre entre Rouge, Vert et Bleu.

En dessous, un « niveau d’entrée », mes tons foncés sont fades, je vais donc tirer le curseur noir vers le centre. Ça s’appelle « recoller les noirs ». Si mes tons noirs étaient bien trop profonds, j’aurais utilisé la barre de « niveau de sortie » pour éclaircir le foncé.

Pour le blanc, idem, je tire le curseur vers le centre pour que l’exposition des tons clairs gagne en luminosité. Ainsi j’ai un histogramme, ou une parade YC, plus étalé des clairs au foncés. Et j’ai des blancs bien…blancs !

Et voici ce que ça donne sur mon image à présent :

image de ref retouchéeBon, j’ai un peu forcé le trait. Mais c’était pour l’exemple ^^ Vous tournez peut-être avec un caméscope numérique grand public ou un reflex numérique, sachez qu’il faut donc user de l’étalonnage avec parcimonie (c’est qui Parcimonie ? Ah. Ah.). Votre appareil ne code pas intégralement vos images, en bref vous ne travaillez pas sur une qualité photo RAW, votre vidéo montrera vite des défauts si vous allez trop loin dans vos retouches, surtout dans les basses lumières. Attention, donc !

Une fois que vous avez équilibré tous vos rushs ! Vous allez, enfin, pouvoir leur donner une atmosphère, votre patte :) Au choix : vintage, lomographique, chaud, froid, cinématographique, futuriste… À vous de voir !

Si vos plans sont bien équilibrés, vous pouvez imbriquer votre séquence dans une autre (soit glisser votre timeline dans une nouvelle séquence afin que ça ne créé plus qu’un plan). Ainsi vous pourrez ne mettre qu’un seul et même effet sur tout, plutôt que de copier-coller votre étalonnage sur chaque plan. Plusieurs possibilités : l’effet que vous utilisez possède une option « secondary », qui présente les mêmes caractéristiques que la première étape : 3 roues, deux barres… Ou votre effet ne possède pas cette option, auquel cas on applique sur le plan un second effet « correcteur chromatique ». En fait il s’agit là de faire une seconde pass sur votre montage, une fois la correction de base faite, nous passons à la phase atmosphère et retouches plus « personnelles ». Car c’est bien une affaire de goût, la colorimétrie. Par exemple, je n’aime pas que chaque plan ait une atmosphère très différente, je trouve que ça fait étalage d’effets. Mais si vous aimez, vous pouvez tout aussi bien appliquer un effet à chacun de vos plans… Ah les goûts et les couleurs ma bonne dame ! Faut de tout pour faire un monde hein !

Voici quelques clés pour personnaliser vos étalonnages :

- l’effet vintage reprend les contrastes fades de nos bonnes vieilles péloches. Il suffira de « décoller les noirs » pour en avoir l’effet : donc de tirer le curseur noir de la seconde barre verticale (niveau de sortie) vers le centre. Et pourquoi pas le curseur blanc aussi, pour accentuer ce côté « passé ». On désaturera un minimum les couleurs aussi.

- l’effet cinématographique, c’est le contraire, les noirs sont très (trop) profonds, l’image est plus saturée, les textures très fortes. On glissera donc le curseur noir de la première barre vers le centre, on saturera les tons.

Bon, mais les effets par défaut, ça a ses limites quand même ! Quelques plugins sympa pour approfondir tout ça : Magic Bullet Colorista II, Magic Bullet Looks, Magic Bullet Vignette (plugs-in payants disponibles sur Première, Final Cut, After…), et ce compte vimeo ainsi que ce lien youtube qui proposent le téléchargement de rushs « vintage » (film brûlé, grain, bokeh…).

Comment ça marche ? Colorista II marche comme le correcteur chromatique de Première, à l’exception près qu’il n’a pas les barres verticales pour la luminosité, mais vous pouvez recoller vos noirs en utilisant la petite barre sur la roue de vos tons foncés… Il y a aussi l’option « pop » dans « secondary », qui donnera son importance aux textures, l’équivalent de la « clarté » en photo, l’effet est dingue !

Ajoutez également du grain si vous souhaitez l’effet vintage. Et avec les rushs téléchargés sur vimeo (film burned ou autre), qu’est-ce qu’on fait ? On applique le rush sur la piste vidéo au dessus de celle de son plan, comme ceci :

piste videoPuis dans les options d’effets, on joue sur la transparence et le mode de fusion : testez tout et voyez ce qui convient ! Écran, éclaircir, incrustation, etc.

filmburnJe vous conseille d’utiliser ces petits effets pour faire des transitions :) Un effet de grain et un son de vinyle qui craque, et le tour est joué !

Bon tout cela ce n’est pas pour vous dicter ce que vous devez faire, mais pour vous faire un résumé de quel effet engendre quoi, afin que vous transformiez votre logiciel en laboratoire et que vous trouviez votre touche personnelle :) Sur ce je vous laisse avec une petite vidéo réalisée pour Lisa, sur laquelle je m’étais bien amusée avec l’étalo ;)

Des questions ? Des incompréhensions ? Des erreurs ? N’hésitez pas à m’en faire part ci-dessous !

Pour partager !