4 jours de tournage, ou plutôt 5 jours en 4. Un groupe de rock, une salle de concert qu’on transforme en studio, une équipe de choc, un As du décors, 2 Canon EOS 60D et beaucoup d’énergie et de motivation ! Voilà la recette utilisée pour ma première réalisation de clip, quelle aventure !

Réaliser des vidéos de voyages, c’est génial, un métier de rêve… Cela dit ma passion première étant l’audiovisuelle, les tournages en studio avec travelling, lumières, acteurs, scénario et mise en scène, tout ça me passionne tout autant ! Petit making of d’une fiction « à la Ed Wood » pour fêter la sortie de l’EP des Bigmoneymakers !

« Hope it’s not too soon« , c’est l’histoire d’une conspiration découverte par Luc, le chanteur. Jeune héros fougueux qu’il est, il tente d’en avertir son public… Mais il est déjà trop tard, les soucoupes ont envahi la ville ! Scénario écrit par le groupe lui-même, découpage technique effectué par Yoann (le batteur, qui n’est autre que mon frère). Et du coup, c’est la p’tite soeur qui se colle à la réal :) Mon super pote Mickaël m’assiste pour la lumière et les effets spéciaux, ainsi que Romain, le super pote côté BMM.

IMG_5817

Ludovic Falédam, jeune architecte, nous construit des décors de ville et soucoupes miniatures absolument hallucinants ! Grâce à un slider motorisé (sorte de mini rail) monté de toutes pièces par Papa Houlbert à l’aide d’un moteur de portail automatique, nous avons filmé toutes les images extérieures…en intérieur et à échelle réduite ! Fumigènes, voiture qui roule en soufflant dessus, soucoupe qui vole grâce à des fils de nylon… Bref on retourne en enfance, on joue au playmobile, et on refait la scène 15 fois car le slider a buggé, Yoann a soufflé trop fort sur la voiture, le fond vert fait des plis… c’est ça aussi les clips DIY ^^ Et c’est extra fandard !

_5

Pour info, normalement une maquette se film en 50 images par seconde, pour se ralentir  à 50% et donner une impression de vraie au montage. Bon, règle que nous n’avons pas suivi, je me voyais mal dire à mon frère « tu peux souffler sur la voiture de sorte qu’elle roule 2 fois plus vite que le mouvement du travelling et afin qu’au montage, la vitesse soit réaliste ? « . Non, hein. Il aurait été capable d’essayer.

_3

Voiture sur fond vert. Donc à l’arrêt. Donc Yoann qui s’agite autour de la voiture avec un spot pour faire croire aux reflets des lumières de la ville :)

Super maquillage de ouf, avec lentille, c’était Halloween avant l’heure !

IMG_5854

C’était une expérience vraiment formatrice pour moi : entre les plans maquettes sur fond vert, les plans scènes avec figurants, les plans voitures, chambres, avec ou sans maquillage, sur scène ou dans les loges… Tout a été tourné dans une salle de concert (espace Paul B à Massy), nous avons donc jonglé entre les plans scènes éclairés par des lumières de spectacle, et les plans « fiction » éclairés pas des lumières de cinéma. Mais petit budget oblige, il a fallu faire de notre mieux avec 3 ou 4 projecteurs. Les plans « maison de Luc » et « chambre de Maëva » ont été tournés dans les loges. Donc très peu de recul pour installer slider, projo, caméras, décors… Autant dire qu’il fallait être contorsionniste pour faire partie de l’équipe technique ^^

IMG_5866

Pour donner un effet « petite chambre » à une loge, l’idée était de tendre un drap à motif pour le papier peint, aux motifs bien vintage, transformer le canap’ convertible successivement en canapé de Luc, lit de Luc, lit de Maëva… Mickaël s’est attelé à nous faire une lumière « clair de lune » dans la première scène, donc projection de la lumière qui frappe d’abord sur le mur avant de frapper sur le personnage, afin que la puissance soit diffusée au mieux. Gélatine bleue pour refroidir l’atmosphère et la tamiser. Et le tour était joué !

_8

Mickaël a eu pas mal de travail en post-production pour effacer le fond vert et le remplacer par un ciel orageux. Nous avions filmer une soucoupe en mouvement sur fond vert pour qu’il puisse en ajouter à sa guise sur les plans de débuts et de fins.

Mon travail a été d’organiser sur place le rôle de chacun, le planning, le matériel de tournage. Puis de gérer l’image, de donner un coup de pouce en lumière, de respecter le découpage technique et d’être force de propositions concernant les scènes moins étoffées. L’idée était de penser « montage », qu’il ne manque aucun plans, pas de faux raccord (mouvement, lumière), et que chaque plan respecte les codes des films des 60′s !

_10Photo de famille !

Puis il a fallu s’atteler au montage, passer au noir et blanc et 4/3 fut difficile. Certains plans avaient des couleurs magnifiques, certains mouvements de travelling étaient impressionnants en 16/9. Mais une idée est une idée, il faut savoir l’assumer jusqu’au bout pour qu’elle marche ! Nous avons été confronté au soucis de l’histoire trop dense pour être racontée en 3mn, la chanson est donc plus longue dans le clip que sur l’EP. Le fait de réaliser une fiction plutôt qu’une succession de plans synchronisés avec la musique, fait qu’il est difficile au moment du tournage de se projeter dans le bon timing. Beaucoup de plans ont du sauter au montage (snif), certaines scènes manquaient par contre de compréhension, il a fallu remettre des plans maquettes au sein de la scène du concert pour être plus explicite sur la transformation du public… Un petit casse-tête chinois qui nous a pris quelques heures.

_7

_6

En résumé ce genre de projet à petit budget permet aussi de s’atteler à différente tâche : réalisation, organisation, cadre, lumière, montage… Et voici le résultat final, en 4/3 et noir et blanc pour assumer ce choix de thriller 1950′s à petit budget :) Et je crois que ça marche…

Pour partager !